KOLTSOVO-(RUSSIE)

Les jumelages de Saint-Chef avec Bonnefontaine et Contrecoeur et ont tout deux à l'origine les voyages de concitoyens, en l'occurence Frédéric Dard et Antoine Pécaudy. Et bien celui avec la ville de Koltsovo ne fera pas exception et interviendra après une excursion de Christian Guillermard, qui fut élu au conseil municipal pendant douze ans, et adjoint délégué à la culture.

Professeur dans un établissement qui est jumelé avec une école de Novosibirsk qui enseigne le français, Christian Guillermard accompagne un groupe en Sibérie en 1991. Le professeur qui le reçoit est ami avec le maire de Koltsovo, et le lui présente. Par ailleurs il rencontre m. Morel, ambassadeur de France à Moscou, qui lui révèle combien le peuple russe souhaite établir des liens avec les pays d'Europe et qui l'encourage à essayer d'y contribuer. Il faut rappeler qu' à cette époque la région vit la rupture avec le système soviétique et aspire à la démocratie. Boris Eltsine président du Soviet suprême a proclamé la souveraineté de la Russie en 1990, et la dissolution de l'URSS sera acquise en décembre 1991. Dès son retour, Christian Guillermard n'a pas de peine à convaincre ses amis du conseil municipal, et en juillet 1993 une délégation de Saint-Cheffois conduite par son maire, Pierre Grataloup, se rend à Koltsovo, pour la cérémonie officielle du jumelage.

Située en Sibérie, c'est à dire dans la partie asiatique de la Russie, Koltsovo (15000 habitants, dont 3000 chercheurs) est une cité scientifique située dans la banlieue de Novosibirsk (1 500 000 habitants) ville fondée en 1893 sous le nom de Novonikolayevsk, sur les deux rives du fleuve Ob, à plus de 3000 km à l'est de Moscou, ce qui fait quatre heures de vol en avion ou quarante cinq heures de train. L'agglomération de Novosibirsk regorge d'étudiants qui fréquentent une soixantaine d'universités, d'académies,d'écoles professionnelles, formant des cadres pour l'industrie, l'agriculture, la recherche, l'enseignement et la culture. Une vingtaine d'instituts de recherches sont répartis sur quatre sites et celui de Koltsovo est plus particulièrement orienté sur la biologie et la pharmacologie. On y trouve notament le centre national russe de recherche en virologie et biotechnologie qui comporte des laboratoires à l'intérieur desquels le personnel se déplace dans des combinaisons semblables à celles utilisées dans l'industrie nucléaire (notre photo), pour étudier les virus les plus dangereux du monde. En septembre 1999, sous l'égide de l'OTAN, s'y est déroulé une grande conférence internationale dont le but était d'échanger des informations scientifiques sur les recherches en cours et d'envisager des possibilités de coopération internationale contre les maladies infectieuses.

Comme la ville est relativement jeune, il y a peu de traditions urbaines, hormis la fête de la ville qui a lieu chaque année en juin et pendant laquelle les jeunes se déguisent, dansent, chantent, participent à des défilés et à des divertissements de toutes sortes. "Vous voulez du vrai, de l'authentique? Venez en Sibérie, ici tout est vrai!" clame un dépliant touristique. " La neige six mois dans l'année, -30° en janvier ou en décembre, +30° en juillet ou en août. La pluie au printemps ou en automne, le soleil toutes les saisons de l'année. Le matin, en sortant de chez vous, vous verrez sauter les écureuils de branche en branche, vous entendrez le chant des oiseaux, mais, hélas, les loups et les ours dans le zoo seulement."

Que de belles cartes postales à envoyer par les Saint-Cheffois qui profiterons de ce jumelage qui réveille la vieille amitié franco-russe qui a souvent présidé à la grande Histoire de nos deux pays.

RETOUR ACCUEIL